Prisches

La commune de Prisches se caractérise avec 5 calvaires sur son territoire :

Calvaire à l’arrière de l’église érigé probablement vers 1780
Calvaire à l’arrière de l’église érigé probablement vers 1780
Calvaire de l’église
Calvaire de l’église

&&&&&

Calvaire rue d’Avesnes
Calvaire rue d’Avesnes

Il a été érigé en 1907 par Lucius BLONDEAU

&&&&&

Calvaire rejet du Bourdiau/ rue d’Avesnes
Calvaire rejet du Bourdiau/ rue d’Avesnes

Le cadastre en 1883  section B n° 468 révèle qu’il appartenait à la veuve BERLAIMONT Bénoni.

BERLEMONT Bénoni né en 1810 à Grand Fayt, cultivateur fils de + Charles (+ en 1834) et de Marie Marguerite MARMIGNON marié le 09/04/1834 Prisches à Benoite Ismérie LENCLUD, cultivatrice à Prisches fille de + Joseph (+ en 1825) et de Marie Benoite WAROQUET                                                     1 fille Exavérine  née le 14/05/1838 + 04/01/1873 mariée en 1853 à BLONDEAU Pierre.

BERLEMONT Bénoni est décédée le 31/05/1881 rue de Cartignies. Benoite LENCLUD est décédée le 21/02/1894 rue des Eaux chez son petit fils Lucius BLONDEAU.

Merci à Michel Cail pour la mise à disposition du journal « Les Echos » d’Octobre 2016

&&&&&

Calvaire lieu dit La Biette
Calvaire lieu dit La Biette

&&&&&

Initialement c’était un calvaire qui en 1885 est appelée par sa détentrice l’Eglise de Prisches chapelle eu égard probablement à sa transformation. Il a cependant gardé son nom de calvaire auprès des Prischois et le lieu dit s’appelle d’ailleurs « le calvaire Cochet ». On peut penser qu’il a été érigé initialement sous forme de calvaire au milieu du XVII è siècle par la famille COCHET Nicolas. Ce dernier, bourgeois de Prisches, était marié à Elisabeth FLAMENT. Il décéda en 1764 ne laissant qu’un fils qu’il n’a pas voulu reconnaître Louis. Celui-ci mourut  célibataire en 1794.

Extrait du journal « Les Echos » d’Octobre 2016